Les intellectuels travaillent-ils ? (2)

Claude Levi Strauss dans son bureau du Laboratoire d’anthropologie sociale, 2005 (c) Marion Kalter

Procédons à une petite archéologie du syntagme de « travail intellectuel ». L’expression n’est pas inconnue avant la Révolution, même si les occurrences en sont très rares. Continuer la lecture de « Les intellectuels travaillent-ils ? (2) »

Les intellectuels travaillent-ils ? (1)

Saint Paul écrivant l’épître aux Corinthiens (BnF, ms. lat. 14266, fol. 95, (c) Gallica)

Séminaire du groupe La construction des savoirs sociaux, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, salle 1, vendredi 5 avril 2019, 9h30-12h

Depuis une vingtaine d’années – et surtout depuis la publication des Lieux de savoir dirigés par Christian Jacob – tout un ensemble de recherches s’intéressent à la matérialité des pratiques savantes : aux gestes du corps et de la main, aux outils de papier, aux espaces investis. Il s’agit de considérer ce que Jean-Claude Perrot a appelé « l’histoire matérielle de l’abstraction », d’examiner « comment les savants travaillent », selon l’expression de Françoise Waquet[1]. Cet accent mis sur la dimension corporelle et concrète des activités de recherche et d’écriture a rendu assez naturelle, comme coulant de source, l’utilisation du syntagme de « travail intellectuel ». À partir du moment où l’on considère que l’activité savante n’est pas un processus immatériel, mais « un ensemble de pratiques que l’on peut découper en gestes distincts[2] », inscrites dans un temps quotidien, un cadre matériel et un ensemble d’interactions sociales, il paraît assez naturel de considérer que les savants travaillent. Continuer la lecture de « Les intellectuels travaillent-ils ? (1) »