Les intellectuels travaillent-ils ? (2)

Claude Levi Strauss dans son bureau du Laboratoire d’anthropologie sociale, 2005 (c) Marion Kalter

Procédons à une petite archéologie du syntagme de « travail intellectuel ». L’expression n’est pas inconnue avant la Révolution, même si les occurrences en sont très rares. Continuer la lecture de « Les intellectuels travaillent-ils ? (2) »

Les intellectuels travaillent-ils ? (1)

Saint Paul écrivant l’épître aux Corinthiens (BnF, ms. lat. 14266, fol. 95, (c) Gallica)

Séminaire du groupe La construction des savoirs sociaux, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, salle 1, vendredi 5 avril 2019, 9h30-12h

Depuis une vingtaine d’années – et surtout depuis la publication des Lieux de savoir dirigés par Christian Jacob – tout un ensemble de recherches s’intéressent à la matérialité des pratiques savantes : aux gestes du corps et de la main, aux outils de papier, aux espaces investis. Il s’agit de considérer ce que Jean-Claude Perrot a appelé « l’histoire matérielle de l’abstraction », d’examiner « comment les savants travaillent », selon l’expression de Françoise Waquet[1]. Cet accent mis sur la dimension corporelle et concrète des activités de recherche et d’écriture a rendu assez naturelle, comme coulant de source, l’utilisation du syntagme de « travail intellectuel ». À partir du moment où l’on considère que l’activité savante n’est pas un processus immatériel, mais « un ensemble de pratiques que l’on peut découper en gestes distincts[2] », inscrites dans un temps quotidien, un cadre matériel et un ensemble d’interactions sociales, il paraît assez naturel de considérer que les savants travaillent. Continuer la lecture de « Les intellectuels travaillent-ils ? (1) »

Quand le corps de l’enseignant frappe (3). De la correction au droit de correction

La question du « droit de correction », c’est-à-dire de ce qui fonde la légitimité ou la légalité de la punition pédagogique, est rarement abordée de manière explicite. Les historiens s’attardent peu sur ce point, la correction étant considérée d’emblée comme un « droit immémorial et consubstantiel à l’activité pédagogique » (Caron 2005, 391). Continuer la lecture de « Quand le corps de l’enseignant frappe (3). De la correction au droit de correction »

Quand le corps de l’enseignant frappe (2). Entre punition et violences punitives : parcours historiographiques

Les travaux menés en histoire de l’éducation ont abordé de deux manières la question de la correction. Le premier aspect concerne le travail de théorisation, de normalisation et de réglementation de la punition scolaire mené depuis les débuts de l’époque moderne. Continuer la lecture de « Quand le corps de l’enseignant frappe (2). Entre punition et violences punitives : parcours historiographiques »

Quand le corps de l’enseignant frappe. « Droit de correction » et histoire de l’éducation (1)

 

Abraham Bosse, Le Maître d’école (v. 1638) (détail)

Le « droit de correction » du maître d’école est un attribut inscrit dans la longue durée. Un coup d’œil jeté sur l’iconographie de l’époque moderne et du XIXe siècle suffit pour s’en convaincre : le maître d’école, mais aussi la maîtresse, le précepteur ou le professeur de collège y apparaissent presque toujours munis d’une baguette, de verges, d’un martinet (manche en bois prolongé de lanières de cuir) ou d’une férule (instrument en bois dont la forme rappelle celle d’une grande cuillère), prêts à frapper sur les mains ou sur le derrière de l’écolier paresseux ou désobéissant. Le motif est bien installé dès la première moitié du XVIe siècle, chez Albrecht Dürer ou chez Pieter Brueghel d’Ancien, et on le retrouve sans relâche dans la peinture hollandaise du Siècle d’or. Continuer la lecture de « Quand le corps de l’enseignant frappe. « Droit de correction » et histoire de l’éducation (1) »

Le corps de l’enseignant

L’enseignant fait usage de sa voix, mais il parle aussi de tous les mouvements de son corps, de ses gestes, de ses yeux. Ce que l’on représente souvent comme l’expression d’une aisance “naturelle” et spontanée peut également être abordé comme un processus complexe d’autodidaxie, d’observation de règles implicites, d’imitation plus ou moins consciente (d’anciens professeurs ou de collègues), ou d’une formation institutionnalisée à l’habitus professoral. Comment l’enseignant apprend-il à se servir de son corps et dans quel(s) but(s) ? Dans quelle mesure et avec quel degré de réflexivité l’envisage-t-il comme un instrument pédagogique ? Comment les pratiques et les représentations de ce corps en situation d’enseignement ont-elles évolué au fil de l’histoire ? Ces questions sont au cœur du travail d’un groupe de recherches interdisciplinaires (didactique, histoire, sociologie) d’enseignants-chercheurs de l’université d’Aix-Marseille, qui les aborde avec le souci d’inscrire ses réflexions dans le long terme, de croiser étude d’archives (écrites, iconographiques ou orales) et observations présentes. Il entend ainsi participer à la formation des étudiants, des jeunes chercheurs et des enseignants, public attendu du carnet. Le carnet vise à rendre compte des recherches des participants, de l’actualité des séminaires et des publications relatives à ce champ de recherches.