Quand le corps de l’enseignant frappe (3). De la correction au droit de correction

La question du « droit de correction », c’est-à-dire de ce qui fonde la légitimité ou la légalité de la punition pédagogique, est rarement abordée de manière explicite. Les historiens s’attardent peu sur ce point, la correction étant considérée d’emblée comme un « droit immémorial et consubstantiel à l’activité pédagogique » (Caron 2005, 391). Continuer la lecture de « Quand le corps de l’enseignant frappe (3). De la correction au droit de correction »

Quand le corps de l’enseignant frappe (2). Entre punition et violences punitives : parcours historiographiques

Les travaux menés en histoire de l’éducation ont abordé de deux manières la question de la correction. Le premier aspect concerne le travail de théorisation, de normalisation et de réglementation de la punition scolaire mené depuis les débuts de l’époque moderne. Continuer la lecture de « Quand le corps de l’enseignant frappe (2). Entre punition et violences punitives : parcours historiographiques »

Quand le corps de l’enseignant frappe. « Droit de correction » et histoire de l’éducation (1)

 

Abraham Bosse, Le Maître d’école (v. 1638) (détail)

Le « droit de correction » du maître d’école est un attribut inscrit dans la longue durée. Un coup d’œil jeté sur l’iconographie de l’époque moderne et du XIXe siècle suffit pour s’en convaincre : le maître d’école, mais aussi la maîtresse, le précepteur ou le professeur de collège y apparaissent presque toujours munis d’une baguette, de verges, d’un martinet (manche en bois prolongé de lanières de cuir) ou d’une férule (instrument en bois dont la forme rappelle celle d’une grande cuillère), prêts à frapper sur les mains ou sur le derrière de l’écolier paresseux ou désobéissant. Le motif est bien installé dès la première moitié du XVIe siècle, chez Albrecht Dürer ou chez Pieter Brueghel d’Ancien, et on le retrouve sans relâche dans la peinture hollandaise du Siècle d’or. Continuer la lecture de « Quand le corps de l’enseignant frappe. « Droit de correction » et histoire de l’éducation (1) »