Les intellectuels travaillent-ils ? (2)

Claude Levi Strauss dans son bureau du Laboratoire d’anthropologie sociale, 2005 (c) Marion Kalter

Procédons à une petite archéologie du syntagme de « travail intellectuel ». L’expression n’est pas inconnue avant la Révolution, même si les occurrences en sont très rares. Le Journal du palais de Provence, ou recueil des arrêts rendus […] par le parlement et la cour des aides de cette province pour l’année 1780 rapporte une affaire concernant le sieur Isnardon, un ancien emballeur qui a fait son apprentissage chez un marchand drapier. La communauté des marchands veut lui interdire l’exercice de la marchandise en raison de son ancienne activité, qui déshonorerait la profession. L’arrêt considère cette interdiction comme abusive. En effet, « dans la profession de marchand… on ne crée rien ». Le « travail manuel » consiste à savoir mesurer une pièce de tissu, alors que le « travail intellectuel » se résume « à acheter de la marchandise à un prix modique et à la vendre à un prix plus considérable ». La profession de marchand drapier ne peut se comparer avec les arts de sculpteur, graveur, ciseleur, horloger, orfèvre et autres, dans lesquels « la main exercée par un travail long et suivi, exprime par un travail visible les connaissances acquises ». L’expression de « travail intellectuel », employée avec un brin d’ironie à propos des marchands, ne désigne donc pas ce qui travaille chez l’intellectuel, mais la partie spéculative incorporée dans les activités manuelles, l’intelligence de la main guidée, chez l’artiste, par les connaissances acquises. Il se distingue du « travail de l’esprit », qui est la seule manière de désigner, alors, ce qui fatigue les intellectuels.

Lorsque le syntagme commence à prendre corps, dans les années 1830 (comme le montre le graphique Ngram Viewer ci-dessous), il désigne encore, comme précédemment, la partie non manuelle des activités qui ont à voir avec la matérialité, mais aussi de manière générique et assez nouvelle, les catégories qui ne travaillent pas avec leurs mains (les avocats, médecins, professeurs, artistes, poètes). Ce double sens se retrouve dans la pensée de Marx. Marx développe une approche anthropologique du travail, en définissant le travail comme l’essence de l’homme, comme l’activité par laquelle l’homme se distingue de l’animal[1]. Le travail participe à l’accomplissement de soi et à la civilisation du monde, en tout cas dans son horizon rêvé, utopique. Dans le même temps, la critique marxienne du capitalisme insiste sur la désintellectualisation du travail manuel qui accompagne les rapports de domination dans le travail : les machines de l’âge industriel sont produites par un savoir technologique qui est devenu largement inaccessible aux ouvriers. La division du travail intellectuel et du travail manuel typique de l’âge industriel est à la fois une dissociation du geste travaillé, et une catégorisation des travailleurs.

Graphique Ngram Viewer, “Travail intellectuel”, produit le 13 mars 2019

Ce double sens se maintient dans la seconde moitié du xixe siècle, où il est renforcé par de nouvelles dynamiques scientifiques et sociales. On peut en souligner deux, qui correspondent aux deux pics sur le graphique, vers 1900 et vers 1920. En premier lieu, le tournant du siècle est marqué par le développement des sciences du travail, avec un déplacement de l’intérêt des chercheurs, du travail musculaire vers le travail intellectuel. C’est l’objet de la psychophysiologie de l’intelligence, stimulée par les travaux d’Alfred Binet, le fondateur de l’Année psychologique. Binet cherche à savoir comment et dans quelle mesure le travail intellectuel (par exemple une activité soutenue de calcul mental) modifie les facultés psychiques et physiques de l’individu (mémoire à court terme, pouls, respiration, température, urine, etc.). Que se passe-t-il quand on réfléchit ? Les applications de ces recherches sont très pratiques, en particulier sur le terrain de l’école : quelle quantité de pain donner aux enfants à la cantine pour maintenir leur travail intellectuel, comment traiter le problème de la fatigue et du surmenage intellectuel ?[2] Ces travaux s’accompagnent d’une approche normative du travail intellectuel, qui pourrait être favorisé par une bonne méthode et un mobilier adapté.

Dans le même temps, les professions intellectuelles continuent à se structurer (en particulier les universitaires, dans les dernières décennies du xixe siècle[3]) et à s’organiser, y compris par la voie syndicale, ce qui fait émerger le syntagme de « travailleur intellectuel ». Gisèle Sapiro et Boris Gobille montrent comment les transformations des conditions d’exercice du métier d’écrivain dans les dernières décennies du xixe siècle, avec le développement du capitalisme d’édition et les luttes pour les droits sociaux, ont conduit à faire émerger une conception de l’activité littéraire comme « travail » et de l’écrivain comme « travailleur intellectuel », en opposition à une conception de l’auteur comme propriétaire de son œuvre, née dans la seconde moitié du xviiie siècle et prédominante au xixe siècle. La Confédération des travailleurs intellectuels est fondée en 1920. Dans les années 1930 sont envisagés des programmes de construction d’appartements pour travailleurs intellectuels, sur le modèle des appartements à loyers modérés, qui seraient meublés de manière appropriée, avec des bibliothèques, des étagères, des cartonniers. Le projet déposé par Jean Zay en août 1936 pour réformer la propriété intellectuelle, incarne cette conception de l’auteur comme travailleur intellectuel. Selon les termes du préambule au projet de loi, « l’auteur ne doit plus désormais être considéré comme un propriétaire, mais bien comme un travailleur, auquel la société reconnaît des modalités de rémunération exceptionnelles en raison de la qualité spéciale des créations issues de son labeur ». Les oppositions sont fortes – la Société des gens de lettres crie à la « soviétisation des esprits » – et en définitive, l’emportent sur l’esprit du texte initial[4].

[1] Emmanuel Renault, « Comment Marx se réfère-t-il au travail et à la domination », Actuel Marx, 2011/1, n° 49, p. 15-31.

[2] Marco Saraceno, De la mesure du corps à la politique des corps : une histoire des sciences du travail (1880-1920), thèse sous la direction de François Vatin et Claudio Pogliano, Par-Ousest Nanterre La Défense et Université de Pise, 2013.

[3] Christophe Charle, La République des universitaires, 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1994.

[4] Gisèle Sapiro, Boris Gobille, « Propriétaires ou travailleurs intellectuels ? Les écrivains français en quête d’un statut », Le Mouvement social, 2006/1, n° 214, p. 113-139.

Cite this article as: Emmanuelle Chapron, "Les intellectuels travaillent-ils ? (2)," in Le corps de l'enseignant, 05/04/2019, https://corens.hypotheses.org/90.

Auteur/autrice : Emmanuelle Chapron

Professeur d'histoire moderne à Aix-Marseille Université, ancien membre junior de l'IUF, directrice d'études cumulante à l'EPHE, conférence d'Histoire et civilisation du livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.