Les intellectuels travaillent-ils ? (1)

Saint Paul écrivant l’épître aux Corinthiens (BnF, ms. lat. 14266, fol. 95, (c) Gallica)

Séminaire du groupe La construction des savoirs sociaux, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, salle 1, vendredi 5 avril 2019, 9h30-12h

Depuis une vingtaine d’années – et surtout depuis la publication des Lieux de savoir dirigés par Christian Jacob – tout un ensemble de recherches s’intéressent à la matérialité des pratiques savantes : aux gestes du corps et de la main, aux outils de papier, aux espaces investis. Il s’agit de considérer ce que Jean-Claude Perrot a appelé « l’histoire matérielle de l’abstraction », d’examiner « comment les savants travaillent », selon l’expression de Françoise Waquet[1]. Cet accent mis sur la dimension corporelle et concrète des activités de recherche et d’écriture a rendu assez naturelle, comme coulant de source, l’utilisation du syntagme de « travail intellectuel ». À partir du moment où l’on considère que l’activité savante n’est pas un processus immatériel, mais « un ensemble de pratiques que l’on peut découper en gestes distincts[2] », inscrites dans un temps quotidien, un cadre matériel et un ensemble d’interactions sociales, il paraît assez naturel de considérer que les savants travaillent.

Ce faisant, il n’est pas exclu que nous commettions un anachronisme ou, pour reprendre l’expression de Dominique Méda, une « illusion rétrospective », qui nous fait envisager ces activités savantes sous l’angle de la définition actuelle, assez extensive, du travail, entendu comme toute activité qui combine un certain effort et une dimension productive ou créatrice[3]. Il n’est pas non plus exclu que la résurgence récente de l’idée que les intellectuels travaillent, dans les titres d’ouvrage ou dans les dossiers de revues[4], comporte une dimension politique implicite. Comme le souligne encore Dominique Méda, « tout se passe comme si la reconnaissance de la valeur d’une activité nécessitait aujourd’hui qu’on puisse la dénommer travail […] Comment mettre en évidence que des activités sont essentielles à la société ? En les désignant comme du travail, et en les faisant ainsi accéder au statut d’activités utiles à la collectivité ». L’auteur évoque ici les tâches accomplies dans le cadre domestique, que certains voudraient reconnaître comme du travail, mais le propos pourrait s’appliquer à d’autres activités, socialement mal comprises ou peu compréhensibles, comme la réflexion intellectuelle.

Pour autant, parler du « travail intellectuel » n’est pas (ou pas simplement) une facilité de langage. Si le syntagme vient naturellement sous la plume, si « ça nous parle », c’est qu’il existe une longue tradition de réflexion sur le « travail intellectuel ». Le syntagme n’apparaît que dans les dernières années du xviiie siècle, mais il résulte évidemment de processus plus longs, qui touchent à la fois à la manière dont les sociétés pensent le travail (le définissent, le circonscrivent, lui confèrent dignité et valeur) et à la manière dont les mondes lettrés considèrent leurs propres activités et se représentent leur place dans la société. Quels sont les termes utilisés pour décrire cet ensemble de gestes consistant à lire, réfléchir et écrire ? Lorsque le mot « travail » survient, plutôt qu’« occupations » par exemple, à quel champ lexical est-il rattaché ? Inversement, la réflexion sur le travail, sur sa justification, sa mesure, son utilité, la qualification de ses produits, le type de rapports sociaux qu’il engendre, inclut-il les activités intellectuelles ? Enfin, quelle réflexivité s’installe-t-elle entre ces deux objets : réfléchir sur le travail amène-t-il à considérer la pensée comme un travail ?

Si l’on inscrit cette réflexion dans la longue durée, le hiatus apparaît d’abord profond. À l’époque grecque, l’activité intellectuelle relève des activités libres, soustraites à la nécessité, ayant en elle-même sa propre fin, et donc radicalement différente des autres activités qui impliquent, à des degrés divers, un contact avec les éléments matériels et un plus ou moins grand degré de dépendance par rapport aux autres hommes. Les Romains reprennent des Grecs la grande opposition entre l’otium, qui désigne le loisir studieux, et le negotium, qui renvoie aux actions pénibles, liées aux besoins terrestres. À l’inverse, à partir des années 1830, le syntagme de « travail intellectuel » se fixe et se répand, en acquérant une certaine polysémie : le travail intellectuel désigne alors à la fois les catégories sociales qui travaillent avec leur tête, la partie réflexive du travail de l’ouvrier manuel et l’effort mental associé à certaines opérations du cerveau.

Si nous avons retenu la période médiévale et moderne pour cette séance de séminaire, c’est qu’elle nous apparaissait donc comme un moment charnière entre l’impossibilité de penser l’activité comme un travail, d’une part, et la reconnaissance du travail intellectuel au xixe siècle. La réflexion suppose de mobiliser, tant l’histoire des milieux savants (qui nous est familière) que l’histoire du travail (qui nous l’est moins). Comme l’avait proposé Dinah Ribard, il s’agit de « trouver des voies pour une histoire du travail intellectuel qui ait affaire au travail et à son histoire[5] ». Cette séance assume un caractère exploratoire. Dans ces questions, les pistes sont multiples et les risques de s’égarer en route aussi, mais l’idée est de mettre en évidence un certain nombre de fils que l’on pourra tirer ensuite.

[1] Françoise Waquet, L’ordre matériel du savoir. Comment les savants travaillent, Paris, CNRS, 2015.

[2] Christian Jacob, Les Lieux de savoir. Volume II. Les mains de l’intellect, Paris, Albin Michel, 2010, p. 15-16.

[3] Dominique Méda, Le travail, Paris, Que sais-je ?, 2015, p. 3-6.

[4] Outre l’ouvrage de Françoise Waquet, voir Christophe Prochasson, « Les arcanes du travail intellectuel », introduction au dossier « Travail intellectuel et activité créatrice », Mil Neuf Cent. Revue d’histoire intellectuelle, 2018/1, n° 36, p. 7-13.

[5] Dinah Ribard, « Le travail intellectuel : travail et philosophie, xviie-xixe siècle », Annales. Histoire, sciences sociales, 2010/3, 65e année, p. 715-742.

Cite this article as: Emmanuelle Chapron, "Les intellectuels travaillent-ils ? (1)," in Le corps de l'enseignant, 05/04/2019, https://corens.hypotheses.org/85.

Auteur : Emmanuelle Chapron

Professeur d'histoire moderne à Aix-Marseille Université, ancien membre junior de l'IUF, directrice d'études cumulantes à l'EPHE (Histoire et civilisation du livre).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.