Quand le corps de l’enseignant frappe. « Droit de correction » et histoire de l’éducation (1)

 

Abraham Bosse, Le Maître d’école (v. 1638) (détail)

Le « droit de correction » du maître d’école est un attribut inscrit dans la longue durée. Un coup d’œil jeté sur l’iconographie de l’époque moderne et du XIXe siècle suffit pour s’en convaincre : le maître d’école, mais aussi la maîtresse, le précepteur ou le professeur de collège y apparaissent presque toujours munis d’une baguette, de verges, d’un martinet (manche en bois prolongé de lanières de cuir) ou d’une férule (instrument en bois dont la forme rappelle celle d’une grande cuillère), prêts à frapper sur les mains ou sur le derrière de l’écolier paresseux ou désobéissant. Le motif est bien installé dès la première moitié du XVIe siècle, chez Albrecht Dürer ou chez Pieter Brueghel d’Ancien, et on le retrouve sans relâche dans la peinture hollandaise du Siècle d’or.

Greuze, La maîtresse d’école (1765) (détail)

Les représentations françaises n’échappent pas à la règle. Chez le graveur Abraham Bosse (1630), le maître interroge calmement les enfants dans la vaste et lumineuse salle d’école, verges à la main, tandis que la maîtresse des filles dessinée par Jean-Baptiste Greuze (vers 1765) serre rageusement son martinet. Dans la tendre atmosphère de l’école peinte par François Boucher, la petite maîtresse à l’air sévère a elle aussi ses verges, posées sur ses genoux, tandis que le précepteur peint par Michel-François Dandré-Bardon (1742) cache sa férule derrière son dos.

Le motif se poursuit au XIXe siècle, en perdant toutefois de sa systématicité et en s’enrichissant de variations, comme le banc des punis ou le bonnet d’âne qu’un élève facétieux tente de mettre sur la tête de son instituteur dans l’aquarelle de Nicolas Toussaint Charlet (1ère moitié du XIXe siècle). Mais on trouve désormais beaucoup plus de maîtres non instrumentés. Relativement moins fréquent dans l’iconographie, le motif du « maître Fouettard » reste toutefois très présent dans la littérature et les mémoires du XIXe siècle. Pour les contemporains de ces représentations, il y a, sinon un « droit de correction » du maître, du moins, à l’évidence, un « fait de correction » massif et largement invisible.

Encore aujourd’hui, les tribunaux admettent assez volontiers que les enseignants fassent valoir un « droit de correction », à la condition expresse qu’il serve à rétablir l’ordre dans la classe et qu’il s’exerce de manière inoffensive, en excluant toute violence physique inappropriée. Dans une décision souvent citée, le tribunal de police de Sarlat expose en 1997 que « le droit coutumier de correction manuelle des maîtres, assimilé à celui des parents, a depuis toujours été admis comme conforme aux usages approuvés par l’opinion publique, même si ses contours ont pu se modifier au fil de l’évolution des mœurs ». En réalité, non seulement l’évolution des mœurs et de l’opinion publique, mais aussi et surtout l’évolution du droit, ont aujourd’hui vidé ce « droit de correction » de tout fondement juridique, même coutumier. Selon le juriste Gaël Henaff, « loin d’être une coutume régulièrement constatée et consacrée par les tribunaux, le droit de correction [de l’enseignant] est moins un droit qu’une pratique tolérée » (Henaff 2010, p. 112).

Ces réflexions récentes invitent à aborder sous un angle neuf l’histoire de la punition scolaire. Son enjeu doit moins être d’écrire une histoire de la pédagogie noire, dans ses procédés et dans ses excès, mais de comprendre ce qui fonde la croyance dans le caractère légitime de la pratique punitive de l’enseignant. Quels sont les fondements juridiques, sociaux, symboliques, du « droit de correction » du maître d’école, puis de l’instituteur, du XVIIe siècle à la fin du XIXe siècle ? Quelles relations entretient-il avec le droit de correction parental, qui lui sert tantôt de modèle (le maître traitant ses élèves « en père de famille »), tantôt de légitimité originelle (c’est le maître « mercenaire des parents », selon l’expression de Marie Pape-Carpentier) ?

Cite this article as: Emmanuelle Chapron, "Quand le corps de l’enseignant frappe. « Droit de correction » et histoire de l’éducation (1)," in Le corps de l'enseignant, 26/03/2019, https://corens.hypotheses.org/40.


Auteur/autrice : Emmanuelle Chapron

Professeur d'histoire moderne à Aix-Marseille Université, ancien membre junior de l'IUF, directrice d'études cumulante à l'EPHE, conférence d'Histoire et civilisation du livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.